C'est l'heure des braves !

C'est l'heure des braves !

 

Dix-neuvième du classement de Ligue 2, le FC Chambly joue, ce samedi 15 mai (20 heures), au stade Charléty, face au Paris FC, sa dernière carte pour accrocher la 18e et le droit disputer un barrage, voire la 17e, synonyme de maintien direct.

Le FC Chambly-Oise conservera-t-il sa place en Ligue 2 ? Posée il y a seulement un mois, la question aurait paru incongrue car cela faisait trop longtemps qu’elle se trouvait en apnée sous la ligne de flottaison pour espérer respirer à nouveau.

Tout a changé en deux matchs et deux victoires face au Havre (4-2) et contre Pau (1-0) qui ont permis aux joueurs camblysiens de revenir à la hauteur du SM Caen, au classement. Pas tout à fait non plus, car sa différence de buts encore plus négative (de 4 buts) est un handicap supplémentaire, mais pas irréversible non plus, à l’aube de la 38e et dernière journée du championnat.

Malgré tout, l’avantage psychologique est au bénéfice du FC Chambly car il revient de loin, n’a plus rien à perdre et beaucoup à gagner. Ne nous voilons pas la face, les pontes du foot français seraient moins attristés (et même pas du tout) de voir le « petit poucet » du monde professionnel retourner en National là, où pour ceux qui voient le foot uniquement sous le prisme de l’argent, le club d’une ville de 10 000 habitants du sud de l’Oise, sans stade à lui (aujourd’hui, il s’appelle « L’Arlésienne », avant, espérons-le d’être baptisé Walter Luzi), devrait se contenter d’être. Mais le FC Chambly n’est pas un club comme les autres. Cet instinct de survie qu’il a développé au fil de sa jeune histoire (depuis 1989) et qu’il a encore affiché quand tout semblait fichu en est une preuve supplémentaire. L’entraîneur Bruno Luzi a comparé ce match au stade Charléty, face au Paris FC, à une finale. Espérons qu’il s’agisse seulement d’une demi-finale, qu’un résultat favorable à Paris, conjugué à un résultat défavorable de Caen à Clermont, lui permette de disputer le barrage contre le 3e du National. S’il parle de finale, c’est-à-dire du dernier match de la saison, le coach pense peut-être qu’il est encore possible d’accrocher la 17e place synonyme de maintien direct au moment du gong, aux dépens de Dunkerque, voire de Niort. Ce samedi 15 mai, à partir de 20 heures, face à des Parisiens, 5e au classement, qui veulent assurer leur place en play-off, ce serait une performance énorme. Ce serait « faire » du Chambly !

Les matchs de la 38e et dernière journée

Samedi 15 mai : Paris FC – Chambly ; Caen – Clermont ; Châteauroux – Ajaccio ; Dunkerque – Toulouse ; Grenoble – Rodez ; Le Havre – Troyes ; Sochaux – Auxerre ; Niort – Guingamp ; Nancy – Amiens ; Pau – Valenciennes.

Le classement

1. Troyes, 77 pts ; 2. Clermont, 72 pts ; 3. Toulouse, 69 pts ; 4. Grenoble, 62 pts ; 5. Paris FC, 61 pts ; 6. Auxerre, 59 pts ; 7. Sochaux, 51 pts ; 8. Valenciennes, 47 pts ; 9. Nancy, 46 pts ; 10. Amiens, 46 pts ; 11. Ajaccio, 45 pts ; 12. Guingamp, 44 pts ; 13. Le Havre, 44 pts ; 14. Rodez, 43 pts ; 15. Pau, 41 pts (- 8 buts) ; 16. Niort, 41 pts (- 22) ; 17. Dunkerque, 40 pts (- 13) ; 18. Caen, 38 pts (- 16) ; 19. Chambly, 38 pts (- 20) ; 20. Châteauroux, 22 pts.